Securing a healthy future for Canadian children after COVID-19/Assurer un avenir sain aux enfants canadiens au lendemain de la COVID-19

Canadian Institutes of Health Research, with comments from Dr Nicholas Chadi, August 18, 2022

The COVID-19 pandemic caused schools to close, disrupted classroom routines and forced students to adjust to online learning from home. Researchers with the Observatory for Children’s Education and Health (OCEH) have found that these changes have led to learning losses for many students while affecting their mental health and well-being. It may also affect their long-term school performance and future career prospects. […]

Dr. Nicholas Chadi, a clinical assistant professor in the Department of Pediatrics at Université de Montréal Medical School and a pediatrician at CHU Sainte-Justine, is analyzing the negative impact of COVID-19 on the mental health of adolescents before and during the pandemic.

“I’m examining whether changes in the number of visits made by patients to Montreal emergency rooms for mental health problems during the pandemic have occurred because of differences in socioeconomic backgrounds, age groups, or sex during fall 2020 and the year 2021 compared to pre-pandemic years,” he said. “While I’ve noticed that there’s a large increase in the amount of health services sought by young people related to suicide, eating disorders, anxiety, and substance-related problems, I’m also determining whether these visits occurred at the same time as high waves of COVID-19 infections in Canada.”

Full text (English version)

Article complet (version française)

Un externe en médecine sur six aurait songé au suicide dans la dernière année/One in six medical students in clerkship considered suicide in the past year

Par Florence Morin-Martel avec commentaires du Dr Nicholas Chadi, Le Devoir, 22 juillet 2022

Plus du tiers des étudiants au doctorat de premier cycle en médecine estiment que leur santé mentale s’est détériorée depuis le début de leurs études. À tel point que, chez les externes, environ une personne sur six a songé au suicide dans la dernière année, révèle un tout récent sondage de la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ) obtenu par Le Devoir.

« On dirait qu’on n’arrive pas à diminuer ces données de détresse là chez les étudiants », soulève Florence Morissette, étudiante en médecine et déléguée au bien-être de la FMEQ de juillet 2021 à juillet 2022. Et ce, malgré les ressources psychologiques mises en place au fil des années. (…)

La santé mentale des jeunes adultes et des adolescents en général a été grandement affectée par la pandémie, soulève Nicholas Chadi, pédiatre et clinicien-chercheur spécialisé en médecine de l’adolescence et en toxicomanie. Dans cette population, les symptômes anxieux et dépressifs augmentent d’ailleurs de façon assez constante depuis les 15 dernières années en Amérique du Nord, souligne-t-il.

En ce qui concerne les étudiants en médecine, ces derniers font partie de la « grande famille des professionnels de la santé », dont le milieu de travail et la vie ont été ébranlés par la COVID-19, note le Dr Chadi. (Article complet)

Vapotage : dissuader les ados sans nuire aux adultes qui veulent écraser/Vaping: dissuading teens without affecting adults who are trying to quit smoking

Par Catherine Dubé, avec commentaires du Dr Nicholas Chadi, L’Actualité, 28 juin 2022

Les autorités de santé publique du Canada veulent bannir les saveurs des liquides pour protéger les adolescents. Une idée qui fait du surplace depuis un an, alors que les jeunes consommateurs continuent de se multiplier. […]

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les preuves de l’efficacité de la cigarette électronique pour se sevrer du tabac sont insuffisantes pour en recommander l’usage. Les méfaits de la nicotine ne font en revanche aucun doute et l’OMS exhorte les pays à adopter des lois sévères afin que les dispositifs qui en contiennent ne se retrouvent pas entre les mains des adolescents.

La nicotine a un effet encore plus délétère sur un cerveau en plein développement que sur celui d’un adulte, affirme le Dr Nicholas Chadi, pédiatre et clinicien-chercheur spécialisé en médecine de l’adolescence et toxicomanie au CHU Sainte-Justine. « Cette substance stimule certaines zones du cerveau, notamment celles liées au plaisir, et produit des libérations massives de dopamine. Le jeune se sent euphorique, mais une fois l’effet dissipé, il se sent souvent moins bien qu’au départ. D’où l’envie de recommencer », explique le médecin.

Ces perturbations ont des conséquences sur la régulation des émotions, le sommeil, l’appétit, le niveau d’énergie, la concentration, la maîtrise de l’impulsivité et la motivation. Les jeunes qui vapotent sont aussi plus susceptibles de souffrir d’anxiété et de dépression. […] (Article complet)

La santé mentale des enfants et des jeunes au Canada/Mental health in Canadian children and youth

Institut canadien d’information sur la santé, Balado d’information sur la santé au Canada, 30 juin 2022

La pandémie de COVID-19 chamboule la vie des Canadiens depuis le printemps 2020. Les enfants et les jeunes ont été parmi les plus touchés. Dans cet épisode du BISC, notre animatrice, Alya Niang, s’entretient avec le Dr Nicholas Chadi, pédiatre et clinicien-chercheur spécialisé en médecine de l’adolescence et toxicomanie au CHU Sainte-Justine et professeur adjoint de clinique à l’Université de Montréal. Ils discutent des efforts des experts en santé mentale pour lutter contre les effets de la pandémie sur nos jeunes. (Épisode complet)

Les visites à l’urgence pour santé mentale ont bondi durant la pandémie/Emergency department visits for mental health surged during the pandemic

Par Jean-Benoit Legault avec commentaires du Dr Nicholas Chadi, La presse canadienne, publié dans La Presse, le 15 juin 2022

Le nombre de visites effectuées à l’urgence de l’hôpital Sainte-Justine pour des raisons de santé mentale a bondi de près de 70 % pendant les vingt premiers mois de la pandémie, révèle une nouvelle étude. Le phénomène était nettement plus marqué chez les filles que chez les garçons, précisent les auteurs de la recherche.

Plusieurs chercheurs montréalais, dont les docteurs Olivier Drouin et Nicholas Chadi du CHU Sainte-Justine, ont participé à ces travaux, qui ont porté sur toutes les visites effectuées à l’urgence de l’hôpital pédiatrique par des enfants de 5 à 11 ans entre les mois d’avril 2016 et de novembre 2021.

Ils ont constaté que le nombre mensuel moyen de visites à l’urgence pour des raisons de santé mentale a grimpé de 69 % pendant les vingt premiers mois de la crise sanitaire ; cette hausse chutait légèrement, à 44 %, quand les données étaient ajustées pour les changements saisonniers.

Les filles étaient plus susceptibles que les garçons de se présenter à l’urgence en raison de préoccupations liées à leur santé mentale, mais aucune différence liée au statut socio-économique n’a été constatée.

Cette plus grande présence des filles est probablement attribuable à une multitude de facteurs, a dit le docteur Chadi.

« À la base, les filles se présentaient plus que les garçons pour des raisons de santé mentale, a-t-il souligné. Est-ce que c’est que les filles vont plus aller chercher des soins ou est-ce que ce sont les filles qui ont plus de détresse psychologique ? Est-ce que la perte des activités sociales, des activités sportives, des activités parascolaires, a plus affecté les filles que les garçons ? Je pense que ça entre aussi en jeu. »

(Article complet)

C’est quoi le vapotage?/What is vaping?

Centre de promotion de la santé du CHU Sainte-Justine avec commentaires du Dr Nicholas Chadi, le 31 mai 2022

Dans le cadre de la Journée mondiale sans tabac du 31 mai 2022, le Centre de promotion de la santé du CHU Sainte-Justine, en collaboration avec les Drs Nicholas Chadi et Sébastien Bergeron, experts en médecine de l’adolescence présente une vidéo d’information sur le vapotage.

Cette vidéo a été créée grâce à la participation d’étudiants du Collège Brébeuf et de parents. On y discute de plusieurs sujets en lien avec le vapotage, du point du vue des jeunes, des parents et des experts, entre autres les risques du vapotage sur la santé, le vapotage du cannabis, la manière de parler du sujet avec son ado et les stratégies de cessation. Visionner ici

Produits de vapotage de cannabis: Faciles d’accès… et dangereux/Cannabis vaping products: Easy to access… and dangerous

Par Marie-Eve Morasse, La Presse, avec commentaires du Dr Nicholas Chadi, le 13 mai 2022

Facile d’accès, discret et jugé à tort peu risqué, le vapotage de cannabis gagne des adeptes chez les jeunes du secondaire. Interdits de vente au Québec, les vape pen ou wax pen, à très forte concentration en THC, s’achètent pourtant sur le web en quelques minutes.

Le paquet est arrivé moins de 24 heures après avoir été commandé : pour obtenir un appareil de vapotage prérempli de cannabis et un concentré de cannabis, il a suffi à La Presse de magasiner sur un site ontarien choisi au hasard. Il a bien fallu répondre à une question : avez-vous 19 ans ? Oui. […]

Rien n’indique qu’il y a du cannabis dans le paquet commandé en fin de journée et reçu le lendemain matin. Il n’a pas été nécessaire de signer pour que Postes Canada le dépose sur le pas de la porte. Discrétion assurée.

Au cours des dernières années, un mode de consommation du cannabis a gagné en popularité chez les adolescents : le vapotage. L’une des façons simples de le faire est de se procurer des appareils déjà remplis. Les appellations varient, mais wax pen, vape pen et dab pen sont les plus communes pour en parler.

« Ce sont des produits à haute teneur en THC, l’agent qui agit sur le cerveau et qui peut donner des dépendances », explique le Dr Nicholas Chadi, pédiatre au CHU Sainte-Justine et chercheur spécialisé en toxicomanie et médecine de l’adolescence. Article complet

Wax pen : «Le vapotage de cannabis monte aussi en flèche» chez les jeunes, dit un pédiatre/Wax pen: “Cannabis vaping is also on the rise” among youth, says a pediatrician

Entrevue avec Richard Martineau, QUB Radio, avec commentaires du Dr Nicholas Chadi, 10 mai 2022

Entrevue avec Dr Nicholas Chadi, pédiatre au CHU Ste-Justine et chercheur spécialisé en toxicomanie et médecine de l’adolescence : une nouvelle forme de drogue fait fureur actuellement dans les écoles secondaires de la province. La wax pen est une vapoteuse contenant une forme concentrée de cannabis sous forme de cire ou de liquide. Entrevue complète

Website Powered by WordPress.com.

Up ↑